Partager Sur

Haim Korsia

Grand Rabbin de France
 biographie

Votre Sainteté,
Chers amis,

Dans toutes les synagogues du monde, ce samedi, nous avons lu le texte de la création du monde et le début de l'humanité. Tant d'espérance et tant de déception.

Caïn tue Abel et ruine une fraternité qui était le modèle idéal du monde.

Oui, la fraternité comme espérance.

Et Caïn, plus que d'assassiner son frère, va nier la force du lien fraternel en répondant à son Créateur qui l'interroge sur Abel : "Suis-je le gardien de mon frère?" Comme vous l'écrivez en votre dernière encyclique, il va nier "le projet même de fraternité inscrit dans la vocation de la famille humaine".

Elie Wiesel disait même que le contraire de l'amour n'est pas la haine, c'est l'indifférence. Et Caïn promeut ce monde de l'indifférence.

Pour Caïn, il n'y a pas de responsabilité de l'un envers l'autre, il n'y a pas de lien de semblable à semblable, d'humain à humain, puisqu'il n'y a pas de fraternité.

Et la Genèse va poursuivre avec les tensions entre les fils de Noé, puis Abraham et Loth, puis Isaac et Ismaël, puis Jacob et Esaü, puis Joseph et ses dix frères qui vont jusqu'à le vendre dans la haine qui les domine.

Et pourtant, Joseph clame à un homme qui lui demande où il va: "Ce sont mes frères que je cherche".

Oui, notre modèle est celui de Joseph, celui qui nous pousse à bâtir un lien de fraternité avec celles et ceux que nous rencontrons, avec celles et ceux qui nous donnent à espérer encore en une humanité à reconstruire.

Rabbi Nahman de Braslav affirme que "Le monde entier est un pont étroit et l'essentiel est de ne pas avoir peur, du tout".

Et c'est ce souffle que j'ai trouvé en votre encyclique en particulier lorsque vous appelez à oser aller vers le lointain, celui dont le prophète Isaïe affirme "Paix, Paix, pour le lointain et pour le proche".

Oui, pour le lointain d'abord, mais en fait, pour tous, comme vous le rappelez en citant Hillel l'Ancien.

Par-delà le Talmud, vous mettez en exergue trois principes qui me sont chers, Liberté, Egalité et Fraternité, comme un hommage à la vocation de la France de se sentir responsable de toutes les misères et de tous les espoirs du monde. C'est encore ce principe de responsabilité envers l'autre qui s'exerce. Et si vous faites le choix de reprendre la phrase de saint Grégoire le Grand : « Quand nous donnons aux pauvres les choses qui leur sont nécessaires, nous ne leur donnons pas tant ce qui est à nous, que nous leur rendons ce qui est à eux », j'y vois l'écho de notre principe biblique :"Nous ne sommes que les gardiens temporaires de ce que Dieu me demande de donner à celui ou celle qui en a besoin".

Dans un livre lumineux sur Saint François d'Assise, Le Très bas, Christian Bobin explique que votre modèle était en rupture sévère avec son père. Et pourtant, l'âge venant, comme chaque fois que nous nous frottons à ceux à qui nous nous opposons, il va finir par lui ressembler.

Notre fraternité a besoin de s'exercer dans la rencontre, dans le débat, parfois même dans la vive discussion, mais toujours dans l'espérance de trouver l'autre, pour pouvoir se trouver soi-même.

Et c'est justement cette histoire de fraternité que le Midrash raconte que je veux vous livrer en conclusion.

Deux frères avaient un champ et partageaient la récolte. L'un avait de nombreux enfants et l'autre était célibataire. Chacun voulait donner plus à son frère et la nuit, discrètement, chacun ajoutait du blé sur le tas de son frère…et au matin, les tas étaient toujours identiques. Mais une nuit, les deux frères se croisent et comprennent ce que chacun voulait et tombent dans les bras l'un de l'autre. Des larmes coulent, tombent au sol, et Dieu dit : « Là où sont tombés ces larmes, je veux que mon Temple soit construit ». C'est bien à l'exemple de la Jérusalem céleste que nous devons tous rebâtir une fraternité digne du Temple. Et c'est peut-être le plus beau des temples à reconstruire: celui de la fraternité.